Parking, bandeau

Recharge de voitures électriques

Comme prévu par une résolution de l’Assemblée Générale de 2019, le Conseil Syndical a travaillé pour définir les solutions disponibles et satisfaisantes en vue de l’équipement de nos parkings en recharge de véhicules électriques.

En effet, la tendance de long terme est visiblement d’orienter la région parisienne vers une baisse très sensible des moteurs thermiques essence ou diesel (peut-être leur interdiction dans quelques années) et de favoriser le développement des véhicules électriques individuels. Même s’il existe une certaine incertitude, cette orientation générale ne pouvait d’autant moins être ignorée qu’elle peut avoir un impact considérable sur nos parkings et leur utilisation dans la décennie à venir.

P.Béraud-Dufour a mené une enquête approfondie qui a inclus certaines des options déjà envisagées par le passé (par exemple, des bornes de recharge en location) et des propositions récentes d’autres entreprises.

Voiture électrique

Le résultat de ces travaux vous sera présenté lors de l’Assemblée Générale de 2020. Mais il ressort désormais que les solutions les plus simples sont les plus pertinentes. Le dossier fait en effet apparaître une proposition d’équipement par Enedis qui aurait les avantages suivants :

  • Raccordement possible de toutes les places de parking,
  • Pré-équipement gratuit par Enedis,
  • Raccordement individuel facultatif, possible à tout moment, et de faible coût,
  • Utilisation de l’opérateur de son choix par chacun des copropriétaires,
  • Compatibilité avec toutes les options de raccordement de voiture électrique (recharge sur prise 230V, recharge sur borne spécifique, au choix).
Logo Enedis
Enedis – Logo

Le document suivant donne autant de précisions que possible. La lecture n’en est pas facilitée, mais la clarté demandait un peu de longueur.

Sous réserve de confirmation de certains éléments techniques qui sont encore en cours d’évaluation, cela apparaît comme la solution la plus simple, la plus performante, la plus pérenne, la plus soucieuse des intérêts divers de chaque copropriétaire.

C’est pour cela que cette solution sera présentée lors de la prochaine Assemblée Générale de Copropriété.

5 réflexions sur « Recharge de voitures électriques »

  1. Bonjour,
    Suite aux décisions en AG sur ce sujet, Quel est le statut de ce dossier ? Quelles sont les démarches à effectuer pour bénéficier d’un raccordement individuel à prix réduit dès la réalisation des travaux ? Quel serait le calendrier prévisionnel ?
    En vous remerciant par avance.

  2. Je n’ai pas tous les éléments en main, mais je sais que les travaux d’ENEDIS sont sur le point de démarrer et que le syndic prévoit d’adresser très prochainement un courrier à ce sujet à tous les copropriétaires afin de clarifier le calendrier et les démarches.

  3. Merci pour votre réponse.
    Je viens effectivement de recevoir aujourd’hui même (!) un courrier du syndic à ce sujet. Il n’est toutefois pas détaillé dans ce courrier deux questions que je me pose ci-dessous.
    Est-il bien certain que l’installation d’un compteur par Enedis n’impose aucun abonnement, tant que nous n’avons pas choisi derrière un fournisseur d’électricité ?
    Enfin, l’installation nécessaire à réaliser par chaque copropriétaire avant l’intervention d’Enedis n’est pas très claire. On ne sait pas exactement ce qu’il est nécessaire de faire, en particulier pour la connexion à la terre (chaque copropriétaire ne peut pas tirer sa propre terre !?!).
    Je suis preneur d’éclaircissements si vous savez en obtenir.
    Merci.

  4. Concernant la première question, je comprends que l’installation du compteur n’impose aucun abonnement. Evidemment, sans abonnement, l’électricité n’est pas distribuée non plus. ENEDIS a simplement besoin d’un équipement minimal et du certificat dit “CONSUEL” qui leur indique que l’installation est sûre et qu’ils peuvent la raccorder.

    Concernant la deuxième question, je reste également un peu incertain. Je crois (mais ne me faites pas forcément confiance) que le minimum est une armoire avec un disjoncteur, validée par le certificat “CONSUEL”. Il est sans doute souhaitable d’y ajouter une prise 230V, mais je pense que ce n’est pas _nécessaire_.

    Concernant la ligne de terre (et faites moi encore moins confiance que pour les points suivants), il y a une activité commune à la copropriété pour installer une ligne de terre commune (c’est à la charge financière de la copropriété). La copro a déjà pris attache avec un fournisseur. Ce qui est incertain à mes yeux : est-ce ENEDIS, l’électricien “de terre” de la copropriété ou mon électricien personnel qui devra relier la terre à l’armoire individuelle ? La logique opérationnelle serait que ENEDIS s’en occupe, la logique financière serait que ce soit l’électricien de la copropriété qui pose la terre commune, le risque est que mon électricien doive s’en occuper après coordination avec l’électricien “de la terre commune”.

  5. Bonsoir Monsieur,

    Nous vous remercions des questions posées […] qui nous permettent de mieux cerner les questions que se posent les copropriétaires au moment du passage du projet dans sa phase de réalisation.

    Enedis est responsable dans le cadre d’une concession sur la quasi-totalité du territoire français de la distribution et du comptage du courant électrique moyenne et basse tension.

    A ce titre il est amené dans un certain nombre de cas à cofinancer les extensions de réseau pour alimenter de nouveaux utilisateurs.

    Nous sommes dans ce cas. L’état, autorité concédante, ayant, pour faciliter le déploiement des véhicules électriques, imposé à Enedis d’étendre son réseau dans les parkings des copropriétés (“colonnes horizontales”).

    Le travail d’Enedis consiste donc à amener à proximité des points de consommation une paire de fils conducteurs (phase et neutre) sur lesquels viendront se brancher les usagers.

    A ce stade il n’est absolument pas question d’un quelconque fil de terre.

    Les normes d’installations imposent que les branchements individuels (boitiers de coupure, compteurs et disjoncteurs principaux) ne soient pas accessibles à tous et que toute utilisation ultérieure de l’électricité mise à disposition soit protégée par un disjoncteur différentiel de 30mA pour éviter tout risque d’électrocution.

    A ce stade il n’est toujours pas question de terre, ou d’un agréement quelconque.

    On peut donc, en respectant les exigences techniques d’ENEDIS faire poser son compteur sans le mettre en service et bien sûr sans payer d’abonnement et sans que l’installation soit reliée à la terre.

    A l’exception de l’armoire qui accueille le compteur et/ou du tableau électrique qui supporte le disjoncteur différentiel toute l’installation électrique décrite ci-avant est la propriété d’ENEDIS qui en assure la maintenance, l’évolution et la sécurité.

    Au-delà de la distribution il y a bien sûr l’utilisation de l’électricité fournie.

    C’est là qu’apparait la mise à la terre. Pour des raisons de sécurité en cas de court-circuit, la quasi-totalité des appareils qui utilisent de l’électricité doivent être reliés à la terre.

    C’est la raison pour laquelle le projet “commun” intègre la mise en place d’un fil de terre qui sera relié à la terre générale de l’immeuble. Ce fil cheminera à proximité immédiate du câble d’alimentation électrique.

    Les copropriétaires qui voudront faire mettre leur installation sous tension et souscrire un abonnement auprès d’un de la trentaine des opérateurs de marché devront alors faire appel à un électricien pour connecter leur installation personnelle à la terre (une dizaine de mètre de câble) et demander à un organisme dédié (CONSUEL) une attestation de la conformité technique et réglementaire de leur installation. Ce certificat sera remis au fournisseur choisi qui le transmettra à ENEDIS pour que cette société établisse la liaison électrique et mette en route le compteur.

    Pour ce qui est des appareils utilisateurs d’électricité : bornes de recharge ou autres (cas des box) ils peuvent être mis en place n’importe quand en fonction des besoins.

    En termes de planning des travaux, Enedis prévoit actuellement qu’ils pourront en principe commencer fin août, début septembre ce qui impose d’informer très vite ENEDIS des besoins de raccordements immédiats exprimés, d’où le courrier adressé récemment par le syndic..

    A titre de complément d’information vous trouverez ci-joint une courte présentation de l’ensemble de l’opération.

    Pour votre information le conseil syndical essaie actuellement d’obtenir des devis de prestataires pour la réalisation des travaux privatifs indispensables mais c’est un peu difficile car beaucoup découvrent ce nouveau type d’approche qui réduit de façon considérable la quantité de matériel qu’ils avaient l’habitude de poser dans ce type d’affaire.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.